Navigation
  • Facebook
  • Twitter
  • flickr
  • Parti Socialiste

LE PRÉSIDENT JOSEPH KABILA AU FRONT ÉLECTORAL...

Ce dimanche 28 mai 2017, le Président de la République a pris sa carte d'électeur. Il faut reconnaître que lors de sa dernière itinérance à l'Intérieur du pays, précisément aux étapes de Lubumbashi, de Kalemie, de Kindu et de Kananga en juin et juillet 2016, il avait lancé un appel appuyé aux Congolais de s'enrôler. Il s'était particulièrement adressé à la jeunesse en relevant l'enjeu principal du scrutin : le renouvellement de la classe politique. Seuls les électeurs sont des éligibles, avait-il souligné.

Mais, bien avant cette itinérance, il avait posé des actes témoignant de son engagement dans la tenue des élections. Pour rappel, le 6 juin 2016, il s'était rendu au siège central de la Ceni pour se soumettre au test des 2 derniers compétiteurs sélectionnés pour la livraison des kits électoraux.

Ce n'est pas tout. Il avait aussi mis à la disposition de la Centrale électorale des véhicules achetés pourtant pour les Fardc et la Pnc, en plus des avions, des hélicoptères de l'armée et des bateaux réquisitionnés à cet effet.

L'opinion honnête reconnaîtra que depuis le lancement des opérations d'identification et d'enrôlement des électeurs le 31 juillet 2016 à partir de Gbadolite (Nord Ubangi), la Ceni reçoit jusqu'à ce jour son enveloppe mensuelle pour son travail, même si le pays fonctionne avec les budgets provisoires.

Le dernier acte en date que le Chef de l'État est en train de poser dans le cadre du processus électoral est celui de la mise en place imminente du Cnsa, maintenant que le Gouvernement est fonctionnel.

On se souviendra que dans son discours sur l'état de la Nation le 5 avril 2017, il a recommandé au Parlement l'adoption rapide des lois relatives au processus électoral.

En se rendant alors ce dimanche au bureau de la Ceni pour s'enrôler, il boucle en quelque sorte la boucle : il attend le moment fixé dans le calendrier électoral pour accomplir son devoir citoyen. Son camp continue de l'accompagner dans la mobilisation de l'électorat depuis le 31 juillet 2016.

Pendant ce temps, il est facile de constater de l'autre côté soit le silence, soit l'exercice de rattrapage auquel se livrent les forces politiques et sociales habituées à présenter le Raïs en cause première de blocage des opérations électorales.

Pendant que les unes se distinguent par le fait de n'avoir jusque-là donné aucune consigne à leurs militants de s'enrôler alors que nous en sommes au 10ème mois depuis le démarrage des opérations pré-électorales, d'autres publient avec un retard de deux mois le communiqué invitant les leurs à prendre leurs cartes. Mieux vaut tard que jamais, dit-on.

On est en droit de les soupçonner d'avoir un schéma autre que celui de la compétition électorale.

Les Occidentaux, qui s'amusent à initier des sanctions à l'encontre des officiels congolais au motif de bloquer le processus électoral, sont comme contraints de réaliser qu'ils se trompent de camp...

Omer Nsongo

Autres informations utiles

Archives

  • ACTUALITES

    Tout Sur l’actualité du Parti et action de nos membres



  • Café politique

    Spécificité de notre café politique : besoin de maintenir le contact, donner les éléments d'analyse sur les diverses thématiques, l'actualité, ...


  • COMMUNIQUES

    Rien de mieux qu'une information bien communiquer